Téléphonie d’entreprise : Introduction

Je vous propose dans cet article d’introduire la téléphonie d’entreprise, les principaux services qu’elle fournit et ses grandes tendances actuelles.

La convergence vers l’IP a conduit la téléphonie d’entreprise à devenir intimement liée aux réseaux IP.

Sur le plan technique il sera donc indispensable de maîtriser un minimum le sujet des réseaux pour comprendre la téléphonie d’entreprise aujourd’hui.

Sur le plan fonctionnel cependant, la téléphonie d’entreprise introduit des concepts qui lui sont propres.

Venus de la téléphonie historiques, et donc avant l’apparition des réseaux informatiques, ils sont toujours présents aujourd’hui. Je vais donc d’abord faire un retour sur l’historique de la téléphonie d’entreprise.

Un bref historique

La téléphonie existe depuis le 19ème siècle. A ses origines, on pense souvent à Graham Bell, car il fut le 1er à construire un équipement (téléphone) permettant de transmettre la voix humaine.

Cependant c’est un français, Charles Bourseul, qui inventa le principe de transmission électrique de la parole.

A la fin du 19ème siècle, l’américain Almon B. Strowger invente le 1er sélecteur automatique et créé ainsi le 1er commutateur téléphonique automatique.

Bien que les technologies aient énormément évolué depuis, avec la numérisation, le passage à la communication électronique, l’évolution vers l’IP, … le principe de la commutation d’appel reste aujourd’hui au cœur du fonctionnement de la téléphonie.

La commutation

Il s’agit d’une des fonctions essentielles d’un réseau téléphonique. Ce sont les commutateurs téléphoniques qui mettent en relation un appelant et un appelé selon le numéro appelé.

La commutation des appels nécessite la transmission d’informations de gestion, appelées signalisation.

Ces informations transitent sur un réseau distinct de celui des communications.

C’est cette notion de commutation qui a donné son nom au réseau téléphonique historique : le RTC (Réseau Téléphonique Commuté).

Routage des appels

Le routage des appels consiste à aiguiller un appel vers sa destination en se basant sur le numéro appelé.

Les commutateurs téléphoniques savent ainsi transmettre un appel de proche en proche en le routant.

Par exemple si l’on prend la numérotation téléphonique française actuelle :

  • Le début du numéro indique la zone géographique (01 pour la région parisienne, 02 pour le nord ouest, …)
  • Les chiffres suivants indiquent la zone locale où se trouve le poste appelé
  • Les derniers chiffres indiquent la ligne de l’abonné sur l’autocommutateur local.

Transmission analogique puis transmission numérique

Le principe historique du réseau téléphonique commuté est une simple conversion du son (analogique) vers un signal électrique équivalent, qui est retransformé en son à l’autre extrémité.

Ce mode de transmission simple a l’inconvénient de nécessiter un circuit physique dédié au moins le temps de l’appel.

Au milieu du 20ème siècle a été inventée la numérisation de la voix, dont le principe consiste à échantillonner la voix sur des intervalles fixes, puis à l’encoder chaque échantillon en binaire, et enfin, éventuellement, le compresser avant de transmettre l’échantillon sur le réseau téléphonique.

La numérisation a l’avantage de ne plus nécessiter un circuit physique pour chaque communication, des liens à haut débit devenant capables de transmettre par multiplexage temporel un grand nombre de communications simultanément. On parlera ici de réseau « TDM » (Time Division Multiplexing).

Tous les réseaux téléphoniques ont donc migré sur des technologies numériques au moins pour les liaisons entre commutateurs. Les lignes domestiques sont cependant pour la plupart restées analogiques. Encore aujourd’hui les lignes téléphoniques chez les particuliers sont pour la très grande majorité analogiques.

Bien qu’en France les commutateurs numériques aient été déployés dans les années 60, l’utilisation du numérique de bout en bout, avec des lignes abonnés 100% numériques, a été mis en service seulement dans les années 1980. Ce sont par exemple les fameux liens T2, capables de supporter 32 canaux de communication simultanés (dont 2 de signalisation). Bien que l’IP tende à se généraliser, le réseau téléphonique numérique reste encore massivement utilisé aujourd’hui, principalement par les entreprises.

Les services de téléphonie

Le service de base est évidemment le traitement des appels. Il s’agit d’avoir la possibilité en composant un numéro d’établir un appel avec un correspondant dont ce numéro désigne la ligne téléphonique.

Petit à petit, depuis l’apparition des réseaux téléphoniques numériques, des services complémentaires ont été ajoutés, tels que l’identification de l’appelant, le transfert d’appel, la messagerie vocale, le double appel, …

Pour un particulier ou une très petite entreprise, ce sont les plates-formes de l’opérateur qui fournissent ces services. 

Les services de téléphonie pour l’entreprise

Passée une certaine taille, l’utilisation de lignes directes avec un opérateur téléphonique devient à la fois trop contraignante et trop couteuse. La solution est l’internalisation des fonctions de commutation sur un équipement interne. Il s’agit du PABX (Private Automatic Branch eXchange) ou PBX (Private Business eXchange), en français : commutateur téléphonique privé.

L’utilisation d’un PABX offre de nombreux services à une entreprise que le réseau téléphonique public ne permet pas, par exemple :

  • les appels entre téléphoniques internes sans passer par le réseau téléphonique public, et donc sans coûts de communications
  • disposer de plus de lignes internes que de lignes avec le réseau public
  • proposer des services uniquement en interne

Historiquement les 1er PABX étaient analogiques, ceux-ci ont quasiment disparu.

Sont ensuite venus les PABX numériques, ceux-ci sont en fin de vie mais sont encore très présents dans les entreprises. Il n’est pas rare en France de trouver des équipements ayant 20 ans d’âge qui sont toujours en service.

L’évolution vers la téléphonie sur IP

Avec l’adoption massive des réseaux IP et la tendance forte de l’IP à devenir l’unique protocole des réseaux aujourd’hui, la téléphonie a subi une évolution majeure pour devenir « sur IP », on parle donc de ToIP (Telephony over IP) ou de téléphonie sur IP.

Les PABX numériques sont donc progressivement remplacés par des IPBX ou IP-PBX.

L’existence encore nombreuses de PABX traditionnels a conduit beaucoup d’entreprise à être aujourd’hui encore dans une approche hybride, mixant téléphonie numérique et téléphonie sur IP.

Le passage vers l’IP est loin d’être terminé. La transition reste longue malgré l’abandon par les fabricants des PABX traditionnels.

L’intégration de la téléphonie dans les communications unifiées

L’apparition des communications unifiées a changé radicalement la façon d’envisager les communications au sein des entreprises.

Cependant la voix reste une application incontournable. La plupart des fournisseurs de solutions de communications unifiées (Cisco, Avaya, Mitel, …) réalisent encore aujourd’hui un chiffre d’affaire important sur des solutions de pure téléphonie.

L’évolution qui semble inéluctable est une intégration de plus en plus poussée de la téléphonie dans les communications unifiées. Certains fournisseurs ont même revu totalement leur ligne de produit en ce sens. Par exemple Cisco a renommé il y a assez longtemps son IPBX de Call Manager en Unified Communication Manager et y a intégré de nombreuses fonctionnalités qui vont au-delà de la téléphonie.

Le marché actuel de la téléphonie d’entreprise

Cisco apparait aujourd’hui comme le leader avec environ 33% des parts de marché mondial. Avaya, 2ème, est loin derrière avec 14%.

Cisco and Avaya retain dominant pbx market share

Comme évoqué précédemment dans cet article, tous les acteurs de la téléphonie d’entreprise ont aujourd’hui des offres centrées sur l’IP.

Cette évolution vers l’IP voit aussi la disparition progressive du hardware au profit du tout software. Ceci a ouvert des perspectives totalement nouvelles : la centralisation, la virtualisation, le Cloud, la fourniture de services de communication en mode SaaS (Software as a Service), la fourniture de services de téléphonie sur Internet, …

Cette migration vers le tout software a également offert à des acteurs du monde du logiciel (comme Microsoft) la possibilité de se positionner sur la téléphonie. Nous avons également vu l’apparition de solutions libres comme Asterisk.

 

Cet article se voulait une introduction générale et je reviendrais très régulièrement sur ce site sur la téléphonie d’entreprise.

 

Si vous avez des questions sur cette article ou sur la téléphonie d’entreprise en général, n’hésitez pas à laisser un commentaire ou à me contacter directement (voir ma page contact).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *